20kg après : la transformation

10:49


Aujourd'hui je vais aborder avec vous un sujet très personnel. Ça fait plus d'1 an que j'imagine l'écrire, tente quelques mots brouillons et maladroits, puis l'efface avant de ré-essayer quelques semaines / mois plus tard.

Il y a 2 ans, j'ai pris 20kg en très peu de temps. Quand on me questionne à ce sujet, je réponds brièvement sans entrer dans les détails. Maintenant, je souhaite poser les choses à plat et vous raconte tout : comment j'étais avant, l'élément déclencheur, la prise de poids et, surtout, comment j'ai vécu cet événement.



Cet article : le pourquoi du comment

Cette semaine je suis tombée sur une photo qui m'a presque choqué, qui m'a fait comprendre que oui, j'ai l'impression de stagner, mais en réalité depuis 2 ans j'ai énormément évolué sur plusieurs plans.

On m'a souvent demandé comment ça se faisait que j'aie pris du poids, et j'ai toujours répondu sans pour autant trop entrer dans les détails. Aujourd'hui je vais vous expliquer comment j'étais avant, la raison de ma prise de poids et ce que j'ai traversé suite à ça.

C'est très personnel, mais en même temps si mon expérience peut en aider d'autres, même ne serait-ce qu'une personne, et bien il me faut la partager.

Pour donner le ton à cet article, je tiens à préciser que je vis ceci comme une expérience positive, même s'il y a eu énormément de bas.

Ah et, aussi, allez chercher une tasse de thé / café et posez vous confortablement, ça va être long !

Avant la prise de poids

La chose la plus importante à savoir à mon sujet est que je n'ai jamais été dans l'enfer des TCA. J'ai toujours été très fine, et ça me convenait plutôt bien. Dans le fond, je suis une personne anxieuse. Et vous savez ce qu'on dit ? Le stress brûle toutes les calories !




2013 : stress et plus d'appétit
La période où j'ai été la plus fine était fin 2013. Ça a été une année extrêmement stressante pour moi, et là, j'ai plongé. Le stress, qui d'ordinaire brûlait mes graisses et me rendait fine, a commencé à m'empêcher de manger. J'avais la gorge extrêmement nouée et ne pouvais plus rien avaler.

Aux repas, mon estomac était rempli en 2 fourchettes. Je ne ressentais plus du tout la faim, si bien qu'en week-end je ne mangeais pas. Par moment j'avais des vertiges et des nausées, puis je réalisais que je n'avais rien avalé en 2 jours. Alors attention, c'est surtout l'exemple à ne pas suivre !

Quand tes cuisses font presque la taille de tes chevilles


40kg pour 164cm ? Normal !
Sur le coup je me trouvais fine, mais honnêtement, j'en étais fière. Je savais que j'étais svelte, mais sans plus. Si on me faisait des remarques à ce sujet, je me disais juste que la personne ne savait pas de quoi elle parlait.

Une petite chose que j'aimais faire était d'entourer mon poignet avec ma main. Si elle faisait plus d'une fois le tour, j'étais fine, sinon c'est que j'avais trop pris. 

Bref, vous avez compris mon état d'esprit à cette période ? Bien. Le jour où je suis montée sur la balance pour remarquer que je ne pesais plus que 40kg pour 164cm, j'avoue que j'ai ressenti une petite fierté, j'ai même poussé le vice à encore moins manger.

Septembre 2013


Le déclic
Puis mon corps a lâché : le stress, la maigreur, le mal-être... Un de mes poumons s'est décroché à plusieurs reprises et j'ai été hospitalisée pour passer des séries de tests. Les médecins m'ont dit que c'était un souci courant chez les jeunes hommes sveltes et fumeurs. Okay. Sauf que je ne suis pas un homme et je ne fume pas. 

Bien que tout se soit remis en place, les médecins n'ont jamais su expliquer pourquoi j'avais eu ça, mais pour moi ça a été un élément déclencheur : non, je n'allais pas bien. Physiquement et mentalement. 

Début 2014, j'ai décidé de me reprendre en main et ai été suivie et sous traitement médical (anxiolytiques).


La prise de poids

2014
Quand j'ai commencé à prendre mes médicaments, l'effet a été immédiat. Mon appétit a été décuplé, je ressentais petit à petit à nouveau la faim, je prenais plaisir à manger, chose qui ne m'était pas arrivée depuis un bon bout de temps.

15kg en 2 mois
Je mangeais si bien qu'en 2 mois j'ai pris 15kg. Comme je dis souvent, les 10 premiers kilos étaient nécessaires. J'avais retrouvé une silhouette svelte sans être maladive et, on va dire ce qui doit être dit, j'ai repris 1-2 bonnets de soutien-gorge et une bonne paire de fesses.

Puis les 5 autres kilos commençaient à se ressentir dans mes cuisses, dans mon ventre... Alors oui, on est d'accord, j'avais besoin de prendre du poids. Mais beaucoup ont eu du mal à comprendre ce que je ressentais durant cette période : quand tu es habitué à être (très) fine et que ça te convient, prendre 15kg c'est très dur à accepter. Imaginez que vous êtes satisfait de votre poids actuel, et bim, vous encaissez plus de 10kg très rapidement. Et je pense que c'est là que ça a été le plus dur pour moi.

10kg après (on ne parle pas de mon style, car oui ça change beaucoup également)


Trop grosse
Ne bondissez pas sur ce terme, 55kg pour 164cm n'est pas du tout gros, c'est même la norme ! Mais je suis quelqu'un de très dur avec moi-même. Je m'étais toujours vue fine, jamais au-dessus de 50kg. Alors sur le moment j'avais l'impression de déborder de partout, d'être même un "bébé éléphant".

Ah oui, d'ailleurs ! Quand je pesais 40kg, je ne comprenais pas comment on pouvait ne pas entrer dans un pantalon ou autre vêtement. Je sais, c'est bête, mais je pensais qu'en "forçant un peu", on pouvait entrer dans tout. C'est également à cette période que j'ai découvert ce qu'était la cellulite et les vergetures, 2 mots totalement inconnus pour moi jusque là.

Et bien là, j'ai compris. J'ai du ré-apprendre à m'habiller avec mes nouvelles formes et acheter de nouveaux vêtements, car je n'entrais dans plus rien. 

Fitness et régime
Je suis passée d'une taille 32 dans les jeans à une taille 38. Mes hauts en XXS étaient dorénavant en S. J'étais choquée et avait honte de mon physique. Si bien que je me suis inscrite au fitness. Haha oui, moi, cette fille qui n'est pas sportive pour 1 sou. 

Mais mes médicaments faisaient effet, j'avais faim sans cesse et ne pouvais pas me tenir à un régime strict. Au contraire, plus j'essayais de me limiter, plus je calculais les calories et plus l'envie de dévaliser mon armoire était grande. Et non seulement je dévalisais cette armoire, mais en plus je mangeais toutes les autres choses qui me tombaient sous la main. Puis je culpabilisais, car mon ventre était gonflé à bloc et je me trouvais hideuse.

Je pense que le temps que j'ai passé à pleurer et à déprimer là-dessus peut se calculer non plus en heures, mais en journées. J'étais alternée par des phases de déprime puis des phases où je me sentais combative : je ne devais pas me plaindre, mais agir.


Je me souviens avoir énormément pleuré quand j'ai reçu la photo ci-dessus. Je ne me reconnaissais plus, pour moi, ce n'était pas mon corps et jamais je ne pourrais accepter ce changement. Suite à ça, je n'ai plus porté de shorts pendant un moment, mes cuisses étant devenues mon plus gros complexe.

Toute l'année 2014, j'ai lutté pour perdre ce poids.

2015
En mars 2015, j'ai eu une visite chez le médecin et ai découvert que je pesais dorénavant 61kg. Ça faisait bien des mois que je ne m'étais pas pesée, car je savais que le chiffre me déprimerait. Et ça n'a pas manqué. Je me suis sentie horriblement mal, bouffie, en pleine déprime et ai à nouveau eu envie de lutter et retenter des régimes : sans succès.

J'ai commencé à marcher (plusieurs km par semaine) dans l'espoir d'affiner mes cuisses que je trouvais monstrueuses. Le soir, je me limitais à des salades de fruits. Je tentais des exercices, de la musculation, etc. J'étais focalisée, que dis-je, carrément obsédée à longueur de journée par mon poids. 

Je ne comprenais pas comment on pouvait me complimenter et me trouver jolie alors que moi-même je me trouvais hideuse et ne m'acceptais pas. Pour moi, les gens essayaient seulement de me rassurer et j'avais l'impression qu'ils se foutaient de moi, pire, qu'ils avaient pitié du tonneau que j'étais devenu.

Concrètement, maintenant que je pose les choses à plat, je pense que 2015 a également été l'année où j'ai lutté pour perdre ce poids. Je m'étais imposé une hygiène de vie et bien des efforts et était redescendue à 55kg, mon poids idéal étant 50kg.

Mars et juin 2015


2016
Puis j''ai décidé que contrôler tout ce qu'on mange et se priver n'était pas une vie, c'était même très fatiguant. J'ai alors commencé à le faire comme je le sens : je mange ce que je veux, et je regarde comment mon corps réagit. Mon ventre gonfle trop ? Je fais attention les jours à venir à ne pas aligner 4 Starbucks + 3 pâtisseries + les repas en 1 journée.

J'ai également fais quelques "challenge" sur 1 mois. Par exemple les abdos et fessiers, puis 1 mois de repos, et à nouveau 1 mois de challenge. Puis, petit à petit, les kilos se sont répartis dans mon corps et ont commencé à devenir harmonieux. Ou peut être que c'est juste l'habitude de me voir ainsi qui me donne cette impression.

J'ai enfin pu lâcher prise quand j'ai arrêté de vouloir redevenir "l'ancienne moi". Plus j'y réfléchis, plus je me dis que cette étape s'est apparentée à un deuil avec ses 5 phases :

  • Le déni ("Je ne suis pas SI grosse, hein ? Ça se voit pas."
  • La colère (j'en voulais à la terre entière, mais surtout à moi de ne pas me maîtriser et redevenir comme avant)
  • Le marchandage ("Si je fais tel régime, que je fais tant de sport, tout redeviendra à la normale, non ?")
  • La dépression (me renfermer sur moi-même, penser que mes efforts sont vains, que je suis condamnée.)
  • L'acceptation.

Acceptation

Et franchement, c'est quand j'ai eu ce "lâcher prise" que tout est devenu plus simple. Petit à petit, j'ai commencé à accepter mes hanches, mes cuisses et toutes les formes que j'avais accumulées durant ces 2 dernières années.

Je ne sais pas vraiment comment vous expliquer ça ni ce qui m'a donné l'impulsion, mais ma vision du corps en général a changé. Je me trouve bien plus féminine maintenant que j'ai quelques formes, j'ai appris à dissimuler ce qui ne me plaisait pas et accepter tout le reste.



Aujourd'hui
Normalement j'arrête de me peser, mais pour vous écrire cet article il fallait bien que je le fasse. Tenez-vous bien, je suis à 58kg. Pourtant, quand je me regarde dans le miroir, rien ne me choque, au contraire, j'aime ce corps que je vois. 2 ans auparavant je luttais la contre et maintenant tout va bien.

Je vais même vous avouer que, par moments, je mange un peu plus gras exprès pour garder mes formes. Et surtout fini les vertiges et perdre l'équilibre quand il y a du vent. Parce que oui, on plaisante souvent avec ça et maintenant ça me fait rire, mais quand le vent était trop fort je vacillais.

Alors oui, il y a ce ventre gonflé qui m'embête de temps en temps, mais comparé à tous les soucis que j'avais avant, celui-ci n'en est pas un.

Mon visage a également bien changé, même si je pense que la couleur des cheveux y est pour quelque chose. Mais actuellement je me sens bien dans mon corps et je pense que ça se voit.

Juillet 2013 & juillet 2016


Conclusion

Mmmh.. Je n'aime pas trop ce terme "conclusion", car c'est plutôt un partage d'une partie de ma vie que je vous livre aujourd'hui plutôt qu'un compte rendu sur un produit cosmétique.

Durant toute cette période, j'ai été entourée. Je suis quelqu'un qui dit ce que j'ai sur le coeur quand j'en ressens le besoin et que ça m'étouffe de l'intérieur. Je pense qu'en parler m'a énormément aidé.

Si vous vous retrouvez dans la même situation que moi, c'est à dire un changement physique important, que ce soit de la prise ou de la perte de poids, parlez-en à vos proches. Ils sont là pour vous soutenir, car ils vous aiment et veulent votre bonheur. 

Et n'oubliez pas, chaque corps est magnifique. La confiance en soi joue beaucoup, il est donc important de la travailler un peu chaque jour. 



P.S : J'ai eu une très grande peine à illustrer cet article. Je ne postais généralement pas les photos où je me trouvais trop grosse et les supprimais de mon ordinateur. De plus, maintenant que j'ai accepté mon poids, je me trouve juste normale.
Fourni par Blogger.